Parution prochaine ( 27 janvier 2021 )

La révolution combinatoire de la biologie et ses dangers

Les possibilités vertigineuses offertes par la découverte de l’ADN, en 1953, ont créé une problématique unique dans l’histoire humaine: le vivant que nous connaissons est devenu une infime partie de ce qui est concevable. Les progrès de la génétique, la révolution de la biologie de synthèse donnent lieu depuis lors à une intense activité expérimentale et une majorité d’articles scientifiques appuient les bienfaits des tentatives combinatoires nouvelles, sans guère se soucier des perturbations faites à la nature. Bien des scientifiques ont en effet une vision providentielle du progrès technique, mais si la biologie est pertinente pour prendre soin du vivant existant, le blanc-seing que les chercheurs se donnent pour l’inventer est infondé. Car la biologie du génome ne pourra jamais accéder à ce que la nature sait par sa longue expérience.
Nicolas Bouleau propose une nouvelle définition de la nature, met en évidence la nécessité de faire émerger la dimension morale de nos sociétés et d’envisager les risques et les souffrances pouvant résulter des manipulations de hasards combinatoires. Il apporte là une contribution marquante à la pensée écologique.

Présentation du livre en 10 minutes

Discussions avec Dominique Bourg sur des points majeurs de ce livre.

Première vidéo

Deuxième vidéo

Troisième vidéo

Ce contenu a été publié dans Environnement, Mathématiques, Philosophie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.